FACE A BOOKING, REAGISSONS !

Forums Divers FACE A BOOKING, REAGISSONS !

  • Post

    Chers ami(e)s,

    Les courriers, mails et autres correspondances de protestation individuels ou collectifs auprès de Booking auront eu une portée très limitée pour ne pas dire nulle car sans effet à ce jour. S’il était en revanche nécessaire de le faire, leur réaction nous donne une vague idée de la considération qu’ils portent à leurs “partenaires”.
    Partenaires ? Rappel. Un partenaire, est-ce une entité qui, lorsque l’autre partie a la tête sous l’eau, lui maintient un peu plus profondément et longtemps ? Un partenaire est un allié, un associé qui décide de coopérer en vue de réaliser un objectif commun. Une fois de plus, et le moment est mal choisi de leur part, les intérêts divergent, à nos dépends.

    Je tiens à saluer néanmoins et au passage l’antenne Booking de Marrakech qui a soutenu et soutient encore auprès du siège mondial divers de nos causes : le transfert offert de l’aéroport et cette fugace application de la clause de Cas de force majeure aux conséquences inopportunes pour nos établissements, donc pour nous et nos équipes.

    Aujourd’hui, notre OTA, notre “partenaire” nous demande d’assumer seuls, financièrement, leur politique commerciale, laquelle est le fruit d’un changement des règles en cours du jeu (et abrogées pour les réservations à partir du 6 avril…). En l’occurrence rembourser tous les clients en conditions non remboursables, en évoquant UNILATÉRALEMENT une clause de force majeure qui n’existait nulle part dans NOS contrats et en la supprimant une fois la vague passée. Ceci alors que de notre propre initiative, nous avons tous, plus ou moins, proposé des reports séjours aux clients concernés. Reports auxquels nous n’étions pas astreints. Mais nous sommes tous des professionnels avec une éthique certaine.

    Il y a clairement un manque de respect à la fois de notre travail et surtout de la situation critique et sans précédent que nous connaissons actuellement. Laquelle est partie pour s’inscrire durablement dans nos projets, nos outils professionnels, nos investissements et surtout, nos vies.

    Face à cela, récemment, dans plusieurs endroits du Monde, les hôteliers ont réagi et se sont opposés à la politique du “Tout pour le client, rien pour l’établissement”. L’exemple d’Amsterdam (Pays Bas), siège mondial de notre agence favorite, leur vitrine à la fiscalité avantageuse, mérite pour l’occasion d’être rapporté. Près de la moitié (40 à 45 % selon les sources) des hôteliers d’Amsterdam n’ont plus appliqué leur fameuse parité tarifaire, une bien belle et illégale invention, pour laquelle ils ont déjà été condamnés en Europe. En clair, les hôteliers ont accentué le différentiel de prix entre leur site et les OTA. Réaction de Booking ? Suppression des pages de chaque établissement ? Non, rien. Pourquoi ?
    Ce qui compte le plus pour ce type de structure, c’est d’avoir un INVENTAIRE (liste des établissements commercialisés) le plus fourni possible, en comparaison et compétition avec leurs grands concurrents que sont Expedia & affiliés et Google Hotel Ads, Trip et AirBnB. Et l’affaire aurait pu faire grand bruit, nuisant à l’image du géant des séjours et voyages en ligne, avec de nombreux symboles écornés au passage. Au final, tous ces établissements affichent désormais, EN DIRECT des prix de l’ordre de 12 à 20 % moins élevés que Booking.

    C’est la politique que nous avons choisie (- 15 % en direct ; plus aucune promotion spéciale Booking). Et ceci est une 1ère étape, il existe d’autres leviers.

    Amsterdam n’est qu’un exemple mais il démontre clairement, si besoin était, que l’union fait la force et que si nous agissons de concert, nous pouvons obtenir gain de cause. Il est temps de ré équilibrer le rapport de force que nous imposent les OTA et de leur rappeler que sans nous, ils n’existent purement et simplement pas. Que le client n’a pas toujours raison ou les meilleurs raisons du monde. Car nous aussi, nous avons les nôtres.
    Nous ne pouvons endurer plus longtemps ces injustices et devons défendre sans attendre nos intérêts. L’heure de la révolte a sonné.

    Bonne réflexion. Bonne soirée

    Samuel

9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Réponses
  • Anonyme
    Inactif

    Bonjour Samuel,

    Je suis pleinement d’accord avec toi.

    Nous sommes tous très déçus de la politique de Booking et il est temps d’essayer de rééquilibrer notre relation. Booking a fait une énorme erreur. Certes, ils ne vont pas nous perdre comme client mais chacun d’entre nous va tout faire pour minimiser notre relation. En tout cas pour ma part, je me suis donné pour objectif de réduire d’un tiers le nombre de réservation provenant de booking. Les faits récents ont montré ô combien il est nécessaire de réduire l’emprise de booking.

    J’ai moi-même d’ores et déjà modifié ma politique tarifaire. Je propose aux clients la gratuité des transferts (18 euros x 2) pour tout séjour d’au moins 3 nuits (de toute façon booking nous les pique de plus en plus) et une baisse de tarif de 10% en fonction des périodes.

    Mais tu as raison Samuel, il faut un message clair aux clients pour que cela se sache et qu’on fasse mouche.

    Un engagement d’une réduction de 15% globale par rapport aux tarifs de la part de tous les adhérents seraient pertinents. Il faudra faire une charte signée de tous. Puis, que nous communiquions sur cet avantage fait aux clients et que nous leur garantissions.

    Par ailleurs, nous ne sommes hélas pas assez nombreux. Le nombre d’adhérent est d’à peine 200. Ce n’est suffisant. Je ne comprends pas que nous soyons si peu. La cotisation est très raisonnable et les avantages sont évidents. Peut-être ne nous sommes pas assez connu. Alors, je propose tout simplement que chacun des adhérents aille présenter l’association à une autre maison d’hôtes voisine. Un petit argumentaire pourrait nous aider. Si chacun d’entre nous arrive à convaincre un nouvel adhérents, nous serons alors près de 400 soit un tiers des maisons d’hôtes de Marrakech. Ca commence à peser.

    Bien à toi,

    Grégory

    P.S. Serait-il possible de remettre les anciens messages antérieurs à la refonte du site ?

    Salut Grégory.

    Merci pour ton intervention.

    Nous fûmes beaucoup plus avant une histoire ahurissante en 2017 où l’asso a perdu la moitié de ces adhérents. Mais nous ne referons pas l’histoire.

    Par rapport aux OTA, à chacun d’œuvrer dans son entourage et de fédérer le maximum de confrères. Je le fais avec conviction depuis plusieurs années.

    Concernant les anciens messages d’avant la refonte du site, nous les avions laissés avec notre prestataire BrainStorm éditions (les mêmes qui ont créé le logo Hygiène & Santé avec sa Charte d’engagement “anti COVID”). Les anciens messages sont classés par sujet , et, en bas de page, tu as x pages que tu peux sélectionner.

    Pour revenir au sujet, il serait préférable d’être nombreux si on veut avoir du poids auprès de géants on line, cela va de soi. D’autres y sont arrivés en Europe. J’ai envie de dire à tous REVOLTEZ VOUS ! Mais y’a peu d’écho pour l’instant… Pourtant nous aurions tous tellement à y gagner.

    Bonne soirée à toi Grégory.

    Samuel

    Anonyme
    Inactif

    Bonjour à tous
    que faisons nous avec la nouvelle loi 20/30 en ce qui concerne les factures que nous avons reçues de booking.com suite au remboursement qu’ils ont effectués contre notre avis.
    moi j’ai l’intention de leur proposer ces deux solutions

    je propose que l’AMH fasse ce genre de courrier au service facturation

    Selon la loi 20/30 votée au Maroc il faut appliquer cette loi c’est a dire
    Ces avoirs seront valables 15 mois à partir de la date où la proposition sera formulée au client. Une disposition stipule qu’aucun remboursement ne pourra être sollicité durant toute la période de validité de l’avoir.
    Nous vous proposons pour résoudre le probléme
    1/ ou bien demander aux clients que vous avez remboursés sans notre accord (la clause du contrat ou il est question de force majeure ne pouvant se substituer à une loi Marocaine)de vous retourner l’argent et d’accepter un avoir sur 15 mois (ce qui parait délicat)
    2/ reprendre la date de réservation de ces clients remboursés et nous faire une facturation payable 15 mois après (ce qui me parait être une solution acceptable pour les 2 parties)
    Merci de me tenir au courant , en espérant une nouvelle bonne collaboration
    Cordialement

    le président m’a fait un mail perso (ce dont je l’en remercie) suite a mes questions en me disant que c’était un probléme personnel à chacun.
    je ne suis pas d’accord avec cette position
    que chacun dise ce qu’il en pense

    jll

    Anonyme
    Inactif

    Bonjour à tous,

    Les propositions de Jean-Luc me conviennent (avec une préférence pour la proposition n° 1 qui me paraît cependant difficilement applicable!), et je pense également que l’association aurait peut-être plus de poids pour négocier avec Booking que chacun pris individuellement.

    J’ai reçu ce jour une relance de Booking pour leur rembourser avant le 31 mai les séjours non-remboursables payés directement à Booking par le client et pour lesquels j’avais débité la Cb virtuelle de Booking . Cela représente une certaine somme d’argent et j’apprécierai fortement de pouvoir rembourser (sic!) dans quelques moi quand l’activité aura repris.

    Bonne fin de journée.

    Nathalie

    Anonyme
    Inactif

    Bonjour,

    riad sahara nour
    Participant

    Bonjour jean luc
    Je suis d’accord avec vous , en principe il aurait été souhaitable d’avoir une lettre commune validée comme vous l’aviez demandé par l’avocat de l’association .
    Ceci étant le Président vous a répondu que selon lui c’était un problème “personnel à chacun” .
    Dans ce cas , à quoi cela sert il d’être regroupés dans une association !
    Je vous rappelle qu’il y a eu un questionnaire très intéressant envoyé par l’association auquel a répondu de mémoir 47 riads dont la moitié de mémoire à nouveau refuseraient de payer les commissions et les remboursements .
    J’étais de ceux là
    Maintenant , je suis en train de “limiter la casse” avec booking qui m’a proposé pour la facture des commissions de payer 50% à 30 jours et 50% ensuite pour la com ou 60% à 30 jours et 20 + 20% pour le reste . J’ai demandé pour la facture de mars payable le 30 avril 60% au 5 juin , 20% au 5 aout et 20% au 5 septembre .
    Pour les remboursements , pour le moment , je n’ai que 2 factures que j’ai contestées depuis le début pour 200 et 300 euros .
    Voilà Jean luc en ce qui me concerne
    Bon courage
    ps ; j’ai fait une demande auprès de la banque pour cette accord de découvert “oxygène” dont vous parliez , à suivre
    françois

    Anonyme
    Inactif

    Il me semble qu’il faut envoyer le texte de loi au service facturation de booking en leur signalant que le double était envoyé aux services du ministère.
    Celon moi c’est le role de l’association que de se mettre en relation qvec le ministère mais je ne suis pas sur que cela se fasse.
    C’est là que l’avocat aurait été utile ….mais il semble que le president ne soit pas sur cette ligne et il nous expliquera peut-être pourquoi

    Jean luc

    Anonyme
    Inactif

    Bonjour à tous,

    Juste pour information, il ne faut pas oublier que le contrat qui lie nos établissements à Booking.com est un contrat de droit néerlandais. Par conséquent, d’un point de vue strict du droit, les dispositions législatives prises localement au Maroc sont sans effet sur la manière dont Booking.com doit gérer les conditions qui découlent de ce qu’il qualifie de “Cas de Force Majeure” par ses conditions générales d’utilisation du service.

    De mon point de vue, le texte local voté pour la protection du tourisme peut être utilisé comme argument de négociation afin de reporter ou étaler le règlement des factures de commission ou de remboursements de cartes virtuelles. Mais ils n’annuleront certainement pas le remboursement de ces séjours.

    Autre possibilité : laisser une grosse ardoise chez Booking.com et ne plus utiliser les services de la plateforme et se recentrer sur d’autres canaux de distribution.


    B.

    Riad Alili
    Participant

    Bonsoir à tous
    Avez vous comme moi des problèmes de coordonnées de cartes bancaires non valides je dirais que presque 100% des coordonnées de cartes bancaires ont les code CVC manquant, rendant caduques les conditions d’annulation
    Booking.com semble être le seul site marchand que je connaisse qui permet à ses clients de fermer la fenêtre des coordonnées de carte bancaire avant que toutes les informations soient entrées.
    Cela fait 1 semaine que je bataille avec eux sur ce sujet mais les réponses que je reçois sont juste une perte de temps
    Avez vous des témoignages dans ce sens. Comment gèrez vous les cartes bancaires.
    Je les ai prévenus la semaine dernière que ne pouvant débiter les no show de Juin par leur complicité avec leurs clients malhonnêtes, je leur déduirai de leur commission de Juin. Advienne que pourra

    Je viens d’écrire à booking:

    Bonsoir
    Quelques questions me tracassent.
    1) Est il normal qu’aucun de vos clients inscrivent leur code CVC?
    Nous sommes d’accord que sans ce code, aucun débit n’est autorisé, rendant caduque tous les termes d’annulation.
    2) Ne serait ce pas dans cette logique booking qui cache ces codes CVC afin d’être plus flexible avec vos clients?
    3) Pourquoi ne pouvons nous vérifier “que” 3 fois les coordonnées de la carte de crédit. Chaque fois que je déclare une carte invalide, elle demeure pour les mêmes raisons invalide. Je la déclare de nouveau invalide, après vérification, elle demeure toujours invalide (toujours ce code CVC manquant) et au bout de 3 fois, je ne peux plus la vérifier
    4) Pourquoi booking.com en tant que site marchand n’exige pas de ses clients le paiement d’un acompte pour toute réservation, instaurant ainsi un climat de confiance complètement détruit avec des “partenaires)
    Merci de me répondre
    Cordialement
    Christophe Gambotti

    Bonne fin de soirée
    Christophe Gambotti

9 réponses de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.